Page 4 - Les-ailes-fr-en-ameriqe
P. 4

Ne faut-il pas saluer nos entrepreneurs, nos militaires et surtout nos
intrépides pilotes la tête dans les nuages à l’écoute du moindre soubresaut
des moteurs, les yeux fixés sur le compte-tours quand il en avait un.

Gloire à ces pilotes de nuit qui « tutoyaient les étoiles », quand le mot piloté
voulait dire bien autre chose que le simple fait de savoir-faire voler un
aéronef. Honneur aussi aux chevaliers du ciel qui sont morts au nom de
l’aviation.

À combien de travailleurs devra-t-on un tribut de reconnaissance pour
avoir construit l’industrie de l’aviation.

Ainsi, de nombreuses missions militaires de formation des pilotes, voyages
de promotions des industriels permirent de s’implanter surtout dans
certains pays d’Amérique Latine. Dans cet ouvrage, on apprend que
certains aviateurs ont participé aux conflits armés dans certains pays – les
soldats de fortune ou les engagés volontaires.

Bien sûr, nous vendions aussi nos avions de guerre comme les autres
belligérants de la Première Guerre mondiale.

Dans les années précédant la Deuxième Guerre mondiale, en Europe et
aux États-Unis les recherches s’intensifient et confirment un progrès
technique important tel que les innovations du moteur à turbine, la fusée et
plus tard, en 1935, les Britanniques développent un réseau de radar.

Pour les compagnies d’aviation, on assiste à une concentration, ainsi qu’à
l’extension de leurs réseaux dans le monde.

En Amérique du Sud, les influentes diasporas espagnoles, portugaises,
Italiennes et Allemandes, issues de l'immigration, s'imposent, alors que la
France est faiblement représentée par le nombre de ses ressortissants.

Par contre, la France conserve une forte influence auprès des militaires et
des milieux intellectuels.

L’influence de la doctrine positiviste d’Auguste Comte, avec en point
d’orgue la devise « Ordem e Progresso », phrase symbolique inscrite par
exemple sur le drapeau brésilien, est bien connue à la fin des XIXes siècles
dans les pays latino-américains.

S’ajoute à cela le rôle-clef de l’écrivain français Victor Hugo, sur le
romantisme en Amérique Latine qui aura des retombées politiques sur le
mouvement abolitionniste et la naissance du nationaliste.

En 1918, à la fin de la guerre, la France, puissance triomphante, bénéficie
désormais d'un prestige accru en Amérique du Sud, qui déclinera
   1   2   3   4   5   6   7   8   9